Skip to content


Le test de personnalité de Guilford-Zimmerman

La bataille des Fourches Caudines

La bataille des Fourches Caudines

A la suite du premier rendez-vous de mon bilan de compétence, j’étais quelque peu ébranlé par les tests auxquels j’avais dû me soumettre. Le plus difficile pour moi était le questionnaire de Guilford-Zimmerman : il se compose de 300 énonciations, et pour chacune d’entre elles, il faut décider si elle nous correspond. Cocher « Oui » ou cocher « Non ». C’est pas compliqué à première vue, sauf quand on essaie de le faire sérieusement et qu’on se dit que les résultats vont servir à notre interlocuteur pour situer notre personnalité.

Alors devant des questions de ce type, on est plus que perplexe :

Quand vous prenez un repas avec d’autres personnes, vous êtes habituellement un des derniers à finir.

==> Ça dépend : de ce qu’il y a à manger, si j’ai beaucoup ou très peu faim, si c’est un repas de travail ou amical, si la conversation à table est intéressante ou pas…

Vous vous sentez souvent d’humeur maussade.

==> Au travail, je pourrais dire que ça m’arrive assez souvent, et encore cela dépend-il de plusieurs facteurs : la qualité de mon sommeil au cours de la nuit précédente, la quantité de travail, les personnes qui sont avec moi, le degré d’abrutissement impliqué par la tâche à effectuer…

Stop ! Oui ou non, on t’a dit, sois binaire ! Ce que j’ai fait. Il m’a bien fallu choisir l’une ou l’autre option, à contre-coeur, et tiraillé par le doute. Après ce rendez-vous, cette perplexité m’a poursuivie jusque chez moi, et j’ai voulu en savoir plus sur ce fameux test. Voici ce que j’ai appris.

Le test auquel j’ai été soumis a donc été créé en 1949, par les psychologues américains Guilford et Zimmerman. Il se base sur l’auto-évaluation : on répond ‘oui’, ‘non’, ou ‘?’ si on ne sait pas (moi je n’avais pas le droit). A partir des réponses aux 300 items proposés, son but est d’évaluer la personnalité du candidat à travers « 10 grands traits bi-polaires », qui sont les suivants :

  • Activité générale (vite ou lent)
  • Contrainte (sérieux vs insouciant)
  • Ascendance (leader vs soumis)
  • Sociabilité (extraversion vs introversion)
  • Stabilité émotionnelle (stable vs instable)
  • Objectivité (sensibilité, altruisme vs égocentrique)
  • Bienveillance (conciliant vs hostile, affrontement)
  • Réflexion (raisonnement vs action)
  • Relations personnelles (tolérance vs critique)
  • Masculinité  (masculinité-féminité)

On peut donc voir à travers cette liste que ce questionnaire privilégie une approche binaire de l’humain, et c’est ce qui me dérange : vous êtes soit conciliant, soit hostile; soit dans le raisonnement, soit l’action. J’ai plutôt, quant à moi, une vision « multidimensionnelle » du monde, irréductible à deux pôles. Je perçois les traits de personnalité des individus non comme systématiques, mais changeants selon les différents contextes sociaux, parfois (souvent) contradictoires.

Cette approche me paraît donc un peu simpliste, mais je n’ai pas fait d’études de psychologie. Je n’ai donc pas accès aux discussions savantes qui ont peut-être eu lieu autour de ce questionnaire, et qui ont peut être tracé des limites à sa pertinence. En cherchant sur internet, j’ai trouvé très peu d’information « scientifique », par contre, je me suis rendu compte qu’il est exploité abondamment par tous les sites de recrutement et de gestion de carrière. Ce qui m’amène à me poser une autre question : comment le test a-t-il été transposé du monde académique vers le monde de l’entreprise ? Voilà peut-être, finalement, ce qui me dérange vraiment : que cet outil, qui n’est qu’une technique parmi d’autres, et qui a sans doute des limites, puisse être utilisé par le monde RH pour faire rentrer les individus dans une case, les catégoriser et les délimiter. Il y a là une part d’aveuglement et d’arbitraire, qui pris dans le rapport de force inhérent au monde de l’entreprise, me semble tout à fait propice à la manipulation et à la domination. Imaginez : vous passez un entretien d’embauche et vous voulez le job (ou vous en avez besoin), le recruteur vous fait passer le test, que faites vous ? Il y a de fortes chances que vous répondiez aux questions non pas en fonction de vous et de vos valeurs, mais plutôt de celles qui sont attendues pour le poste, et qui généralement et sans grande originalité, pour coller à l’idéologie néo-libérale, sont : flexibilité, esprit d’équipe, compétitivité, vitesse, stabilité (résistance au stress), etc. En croyant faire preuve d’opportunisme et en pensant ruser avec le système, on ne fait en réalité qu’y faire allégeance : en répondant aux questions en fonction de ce qu’on attend de nous, on se soumet peut être à la fonction réelle de ces tests en entreprise : se déposséder des traits de caractère qui nous constituent intimement, et se présenter comme conforme à ce qu’on attend de nous. Imperceptiblement, nous façonnons nos comportements, notre regard sur nous-mêmes est déformé par une injonction sociale. Cette formalité a tout, malgré son apparence neutre et technique, d’un passage sous les fourches caudines de l’entreprise, d’un véritable acte de soumission d’une grande violence symbolique.

C’est peut-être cette idée là et le souvenir des entretiens d’embauche déjà passés qui ont provoqué en moi cette réaction de méfiance, quand il m’a fallut passer ce test dans le cadre du bilan de compétences. Je ne sais pas ce qu’il m’apprendra par les réponses que j’ai pu apporter, mais il révèle peut être ce qu’il y a de conflictuel dans le rapport d’un salarié avec son entreprise.

Vous trouverez une présentation universitaire des différentes méthodes d’évaluation de la personnalité ici. Vous pouvez même passer le test de Guilford-Zimmerman en ligne : c’est .


Publié dans Réflexion.

Tags , , , , , .


8 Réponses

Continuez à suivre la conversation, souscrivez au fil RSS des commentaires de cet article.

  1. Mo dit

    Bonjour,

    J’ai moi-même passé ce test aujourd’hui et c’est en recherchant de l’information le concernant que je suis tombée sur votre article. J’ai également éprouvé un profond malaise et une certaine difficulté à le remplir à cause du manque total de nuance.
    Votre analyse très pertinente a facilité la « mise en mot » de ce malaise et m’ouvre des perspectives de réflexion intéressantes quant à l’impact voire aux impacts possibles sur notre perception du monde et de nous-mêmes.
    Je vous souhaite un bon voyage vers votre nouvelle vie, je suivrai avec intérêt votre parcours.

  2. Marc dit

    Bonjour. Oui moi aussi j’ai passé ce test. Je l’ai bâclé au bout de 100 questions. Me rendant compte qu’il était puéril et sectaire. Vicieusement redondant… Un profond mépris m’a envahi à la fin de ce test. Celui du genre humain.

    • François dit

      Bonjour, j’ai également passé ce test il y a 1 semaine au cours d’un entretien d’embauche. C’était une première après plus de 15 ans de carrière (j’ai cependant eu droit à la grapho)et 5 postes de cadres différents…tout comme vous, je trouve ce test binaire et absolument non destiné à mesurer les multiples dimensions d’un candidat, sans doute a t il été bâti ainsi ? Tout comme vous, je me suis demandé en le faisant s’il n’était pas davantage destiné au contraire à montrer notre capacité d’allégeance en fonction d’un objectif recherché : celui du poste. Il est clair qu’à moins d’être professionnellement suicidaire, chacun sait ce que l’on attend de nous. J’en ai eu un rapide compte rendu par la personne des RH chargée de me recevoir, sans surprise mais sans véritable évaluation chiffrée. Je viens donc de le repasser en ligne (300 questions) et dispose cette fois des « notes », notes d’une précisions toute scientifique (8.67 en activité générale, 4.67 en contrainte…) quant à elles..!!! D’un autre côté, je me retrouve relativement dans ces fourches caudines alors est ce un moindre mal pour nous « définir » en 45 minutes ?
      Cdt,

      François

  3. Number 2 dit

    Bonjour,

    J’ai passé le test … chez moi sur fichier excel.
    J’avais le droit à 5 reponses « ? »
    Juste 2 « info » venant de ce fichier.

    - Sur la page resultat, les « notes » sont divisées en 1° moitié et seconde moitié. J’imagine que cela peut servir, entre autre, à verifier la coherence.

    - A 2 réponses j’ai mis le ?
    (2) Vous préférez faire le plan de quelque chose plutôt que de participer à l’exécution
    (263) Vous préféreriez mettre des plans à exécution plutôt que de passer du temps à les élaborer.

    Pour moi il s’agit de la même question formulée à l’envers. Par contre pour le test la question (2) refere à -Contrainte de soi- alors que la question (263) refere à -Conciliation sociale-

    Je vais en avoir le résultat demain, ayant déjà le résultat d’internet (merci pour l’adresse du test en ligne). Je sens que ca va m’amuser !

    Une chose interessante à faire lors des resultats aux tests si c’est par oral c’est d’enregistrer le blabla de l’interlocuteur et de se le repasser à tete reposée voir avec la presence de quelqu’un de proche. Il y a souvent une difference entre ce que l’on entend et ce que l’autre à réelement dis.

  4. Cinquiemevitesse dit

    Merci pour votre vision que je trouve assez juste sur ce test!

    Moi aussi je l’ai passé pour rentrer en formation à l’AFPA.
    Je suis sur le point d’écrire une lettre à l’encontre du psychologue du travail que j’ai rencontré.
    En effet, sans m’avoir donné d’explications claires sur ce test, à part que j’avais une personnalité contradictoire, car dominatrice et sensible, j’ai subi un acte que je nommerai de « discriminatoire ».
    Le psychologue s’est mis à me demander si je n’avais jamais eu des problèmes d’agressivité dans mes expériences professionnelles passées.
    Mais ce n’était pas une question, c’était de la suspicion! C’était suggérer!

    Oui ce test peu amené à de la discrimination selon que notre personnalité ne rentre pas dans ce moule que vous avez si bien défini!

    Je voulais également signalé qu’il est très dur de trouver les effets de ce test, et que je suis à la recherche de toutes informations !

    En vous remerciant de m’avoir lu,
    Voici un article que j’ai écris récemment suite à mon entretien:
    Formation : Dénonciation des abus des psychologues du travail de Pôle Emploi
    http://www.lepost.fr/article/2011/11/18/2641080_formation-denonciation-des-abus-des-psychologues-du-travail-de-pole-emploi_1_0_1.html

    • loupiote dit

      en fait, ce test est plutôt ancien et un peu dépassé aujourd’hui…il n’est pas vicieux ou discriminatoire, il faut le replacer dans son époque. depuis, de nouveaux tests ont vu le jour et c’est vrai que je ne comprends pas qu’on l’utilise encore tel quel. je voudrais revenir sur la question de la bipolarité des traits de personnalité: on n’est pas soit totalement introverti ou totalement extraverti; en fait, on se place sur un continuum, un axe, entre ces deux pôles: par exemple, cette personne a une tendance à être introvertie (sans pour autant la réduire qu’à ça). il faut rester détentu face à ces tests et ne pas en avoir peur! c’est surtout pour vous connaître un peu et détecter de vrais problèmes psy. voilà; j’espère que vous êtes moins fâchés avec les tests de personnalité!

  5. Emilie dit

    Bonjour,

    Etant moi-même en reconversion professionnelle, je fais des études m’amenant à être conseillère en insertion professionnelle, je m’intéresse donc particulièrement à ces questions. Et je tombe sur votre blog, notamment cet article!

    Je souhaite y apporter quelques informations supplémentaires. J’ai moi-même effectué un bilan de compétences il y a quelques années et eu droit à ces mêmes tests et donc aux mêmes interrogations que vous…
    Etant maintenant de « l’autre côté de la barrière », j’ai eu un semblant de réponse à ces questions de bipolarité! En fait, ce qu’il faut vous poser comme question pour répondre à ces affirmations, c’est « que fais-je le plus naturellement? par exemple, quand je suis en vacances? », ces traits de caractère viennent en fait de l’inné, de l’acquis…
    Spontanément, je suis introvertie mais je travaille sur moi pour être extravertie… Ceci s’applique bien sûr à tous les traits que vous avez cités dans votre article.
    Ces tests peuvent être très enrichissants car ils permettent justement de travailler sur soi-même…
    J’espère avoir été assez clair et peut-être avoir répondu à vos interrogations…

    Merci et bonne continuation!

Continuer la Discussion

  1. 7. Bilan de compétences (2) | Ma reconversion professionnelle linked to this post on 31 mars 2011

    [...] de la vie vous voulez les satisfaire». Je me sentais pris au piège. A nouveau, comme au cours du Test de Guilford-Zimmermann, il me fallait trancher, diviser ma vie, la compartimenter. Or le but d’une vie n’est-il pas de [...]



Some HTML is OK

ou, répondre à cet article partrackback.